Aso et le sanctuaire Shimo, sanctuaire de la grêle en été

 

Bonjour à tous,

 

Aso change de couleur tous les jours, et même plusieurs fois par jour en ce moment. Ciel gris, ou lumineux mais nuageux, coucher de soleil flamboyant puis tout en discrétion dans ses nuages.

Comme il commence à faire plus frais dans les petites heures de la nuit, on remet son pyjama à manches longues. N’oubliez pas, nous sommes situés à 500 mètres en altitude, entourés des montagnes de notre chère caldera…

Et dans cette caldera, il s’en sont passés, d’étranges choses.

On raconte qu’au lieu-dit Yakuinbaru, la déité “Takeiwatatsu no Mikoto”, (je me permet de réduire son appellation à “dieu”), étant en pleine partie de fléchettes, ou de tir à l’arc pour les plus pointilleux, quand son serviteur fatigua et décida de lui renvoyer sa dernière flèche du pied.

Bien mal lui en pris! Car le dieu, furieux, ne fit ni une ni deux, et lui arracha la tête. Crac.

(Fallait pas le contrarier, celui-là)

Son serviteur, monté au ciel, comme une flèche, décida que ce n’était pas sympa et se mit à faire pleuvoir de la grêle, en plein été. D’où le sanctuaire tire son nom d’ailleurs, 霜 “Shimo”, en japonais, c’est la grêle.

Les cultures détruites, les champs inutilisables et la récolte perdue, Aso allait souffrir la famine pour l’éternité. Pour contrer tout ce chaos, les habitants d’Aso construisirent le sanctuaire et créèrent le rituel Hitaki.

Une jeune fille de dix ans s’attèle chaque année à la fin de l’été à retarder l’hiver en maintenant allumé un feu pendant une longue période de 59 jours. Heureusement, elle a droit à de l’aide, son entourage l’encourage pour attiser le feu et même ses professeurs viennent au sanctuaire lui faire faire ses devoirs. (Zut, ce n’est pas de tout repos!)

En temps de crise sanitaire, il est compliqué d’approcher la porte donnant sur la pièce du rituel qui reste invariablement fermée. Seule une fenêtre donnant sur cette pièce permet d’apercevoir une flamme.

Le sanctuaire en lui-même est tout petit et l’eau de source permet de se rafraîchir avant d’y pénétrer.

Une petite pensée pour apaiser le serviteur en colère et nous revoilà sur la route. Entre les rizières d’un vert flamboyant qui se peuplent de grains de riz généreux, j’ai l’impression que cette année, on aura du riz en quantité. Merci, la jeune fille du Hitaki! 

Je vous laisse ici, profitez donc encore des images de ces dieux anciens et des foudres de la nature que l’on craint en agriculture.

Beau début d’automne à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures à Aso!

 

 Nathalie 

  三☆三

 

カテゴリー: Blog en français, Recommandations   タグ: , ,   この投稿のパーマリンク

Sur le même sujet

Aso et la récolte du maïs, une belle activité locale!

Bonjour à tous,   Le maïs, une denrée rare mais appétissa...

La langue d’Aso; le dialecte “Kumamoto-ben” ou “Aso-ben”!

Bonjour à tous,   Aujourd'hui rentrée des classes (très e...

Aso, première localité de Kyūshū a obtenir le label des destinations vertes!

Bonjour à tous,   Alors que l'automne approche à petits p...

Le riz nouveau est là, la récolte bat son plein à Aso

Bonjour à tous! Beau temps aujourd'hui, et c'est tant mieux, on r...

Fontaine, jets d’eau, de la lumière à la gare d’Aso

Bonjour à tous, La fin de l'été s'annonce. Hier soir, nous avons ...

Articles populaires