Histoire et culture

SANKINKŌTAI

Pendant la période d’Edo (1603-1868) un système de résidence alternée fut instaurée par le shogunat afin d’assurer un meilleur contrôle sur les Daimyo (seigneurs de fief). Ils devaient donc tous alterner de résidence entre leur fief et la capitale.

A Aso vous trouverez des vestiges des routes utilisées par le clan des Hosokawa (les seigneurs de la région de Kumamoto) pour se rendre à Edo.

NATSUME SOSEKI À ASO

Natsume Soseki est l’un des plus célèbres écrivains de l’époque Meiji (1868-1912). Il est connu à travers le monde entier pour des romans tel que Botchan ou Je suis un chat et il est même possible de retrouver son portrait sur certains billets de 1000 yen.

Un de ses romans, le 210ème jour, narre l’histoire de deux personnages faisant l’ascension du mont Aso. Une lecture intéressante avant un séjour à Aso ou afin de vous remémorer les superbes paysages se trouvant dans les environs du volcan. Avant d’écrire ce roman, l’auteur est venu à Aso et l’auberge traditionelle dans laquelle il a séjourné est toujours en activité de nos jours. Vous pourrez d’ailleurs trouver une pièce dédiée à Natsume Soseki dans ce Ryōkan, le Sannokaku.

Les références à l’auteur sont nombreuses dans la région et vous trouverez par exemple une plaque commémorative sur le chemin du volcan ou des mots de l’écrivain devant le temple Saigandenji, près de la gare d’Aso.

ANCIENS TERTRES FUNÉRAIRES (KOFUN)

Si vous vous intéressez à l’histoire ancienne du Japon, vous avez sûrement déjà entendu parler de tertres funéraires. Ils sont tellement représentatif de leur temps que les historiens ont nommé cette période de l’histoire, Kofun. Avec l’introduction du bouddhisme cette pratique d’inhumation a progressivement disparue.

Il est possible de visiter l’intérieur du tertre funéraire se situant juste à proximité du sanctuaire Kokuzô. Une occasion à ne pas manquer car il est très rare de pouvoir pénétrer dans ce genre de lieu sacré au Japon.

 

LE SANCTUAIRE D’ASO

Avec une histoire de plus de 2000 ans, le sanctuaire d’Aso est le plus important de toute la région. Parmis les divinités vénérées ici, trois sont considérées comme les fondatrices d’Aso. Le festival Hifuri et le festival Onda, tenus respectivement en mars en en juillet, sont très populaires et attirent de nombreux visiteurs chaque année.

Malheureusement une grande partie du sanctuaire s’est effondré lors du tremblement de terre de Kumamoto le 16 avril 2016. Une levée de fonds est actuellement en cours pour aider à la reconstruction.

Vous pouvez accéder au sanctuaire d’Aso en dix minutes en voiture depuis la gare d’Aso. Il vous est aussi possible depuis la gare de prendre un bus qui vous conduira directement devant le sanctuaire. Une autre possibilité est de prendre le train jusqu’à la gare de Miyaji et de marcher pendant une vingtaine de minutes.

LE SANCTUAIRE KOKUZŌ

Un ancien sanctuaire en pleine nature, très réputé pour avoir abrité un imposant cèdre japonais avant que ce dernier ne subisse les ravages d’un typhon en 1991. Une partie du tronc est toujours conservée dans l’enceinte du sanctuaire.

Si vous êtes fervent d’histoire, un ancien tertre funéraire (Kofun) se trouve juste à proximité. Il est même possible de pénétrer à l’intérieur ce qui est très rare au Japon.

Le sanctuaire de Kokuzō est situé à 25 minutes en voiture de la gare d’Aso.

LE TEMPLE SAIGANDENJI

Un temple bouddhiste situé à proximité de la gare d’Aso (une dizaine de minutes à pied). Chaque année, il vous est possible de participer à un festival où vous pourrez marcher sur le feu.

 

FESTIVAL HIFURI

Le festival Hifuri est peut être le festival le plus populaire d’Aso. Il a lieu chaque année en mars au sanctuaire d’Aso. Tout le monde peut participer en faisant tournoyer des bottes de pailles enflammées au dessus de sa tête. Le sanctuaire illuminé par les flammes change complètement d’atmosphère et on a l’impression d’effectuer un voyage dans le temps.

FESTIVAL ONDA

 

Un superbe festival qui a lieu chaque année au mois de juillet et qui se déroule respectivement au sanctuaire de Kokuzō puis au sanctuaire d’Aso. La principale attraction est une parade et plus particulièrement ces femmes vêtues de blanc et portant sur leur tête le repas des divinités.

C’est aussi l’occasion d’assister à une cérémonie religieuse, de lancer des plans de riz sur un sanctuaire portable (Mikoshi), ou de profiter des nombreux stands de nourriture.

NOYAKI

Chaque année, les hautes herbes des plaines d’Aso sont brûlées afin de prévenir une forestation mais aussi afin de mettre à disposition du bétail une herbe plus fraîche. C’est un évènement important à Aso et qui est rendu possible grâce au travail de nombreux volontaires.

Mais ce n’est pas une activité sans risque, et à ce titre, le Noyaki n’est pas considéré comme une attraction touristique. Quoiqu’il en soit il vous est possible d’y assister depuis une certaine distance si vous vous rendez dans la région aux alentours du mois de mars.

Derniers articles du blog

2020.08.03

L’éventail de Kario sur la bordure extérieure de la caldera d’Aso

Quand on s’installe au Japon, ...

2020.07.31

Nature, culture et traditions : Ogidake (ou mont Ogi)

La ville d’Aso est très large ...

2020.07.27

Randonnées sur le mont Aso : Kishimadake

Après le mont Eboshi, je vous ...

2020.07.24

Randonnées sur le mont Aso : Eboshidake

La pluie ne cesse de tomber su ...

2020.07.20

Le quartier commerçant de Monzenmachi

À la suite de mon article de l ...

Rappel